Les 6 avantages et les 6 inconvénients majeurs, de la Micro-entreprise


Le régime micro-entrepreneur est le plus simple en termes de mise en place et de gestion au quotidien. Quelques clics pour sa création et des frais quasi nuls pour la mise en place, il séduit toujours plus de nouveaux entrepreneurs. Selon l’URSSAF ils existent aujourd’hui près de 2 millions d’auto-entrepreneurs avec un chiffre d’affaires moyen (lissé sur 4 trimestres) de 14.883 euros en 2020.


La micro-entreprise est une forme simplifiée de l’entreprise individuelle (EI), il n’y a donc pas de personnalité juridique de l’entrepreneur, car il exerce une activité en son nom propre. En clair la Micro-entreprise est un régime fiscale et non une forme de société.


Voyons maintenant ses avantages, inconvénients et dans quels cas il est intéressant d’opter pour le régime micro-entreprise.



Les 6 avantages du régime micro-entrepreneur.


1 - Simplicité de création.



Rendez-vous sur le site https://www.autoentrepreneur.urssaf.fr. C’est le site officiel où réaliser ta création d’entreprise et tes déclarations.

Pas de surprise de facturation ici ! La création te coûte ZERO euros pour les activités suivantes : commerciale, libérale, et artisanale. Pour l’activité d’agent commerciale, le coût de création est de 24.71€.


En quelques clics deviens entrepreneur ! Les démarches sont vraiment facilitées et simplifiées au maximum. Il te faut remplir le formulaire « P0 Micro-entrepreneur ».




2 - Accessibilité à tous.



Que tu sois salarié, étudiant, retraité, fonctionnaire, demandeur d’emploi, dirigeant assimilé salarié, tu peux devenir micro-entrepreneur et ainsi cumuler les revenus. Retrouve divers domaines comme l’activité artisanale, commerciale ou libérale. Dans le principe aucun diplôme n’est requis pour ce statut.




3. Régime fiscal simplifié.



La TVA. En effet pas de déclaration de TVA avant certains plafond. Pour les activités de vente de prestations de services et pour les activités libérale, tu es exempt de déclaration de TVA sous le seuil de 34.400€. Pour les activités de ventes de marchandises et prestation d’hébergement le seuil est à 85.800€.


Imposition sur le chiffre d’affaires et non le résultat. Ce régime te permet d’obtenir un abattement forfaitaire calculer sur le chiffre d’affaires, lors de ta déclaration d’impôt sur les revenus. Cet abattement (entre 34 et 71%) dépendra de ton type d’activité.


Option versement unique libératoire. Tu peux opter pour le versement unique libératoire de l’impôt sur le revenu. Ainsi un prélèvement sera effectué directement sur le chiffre d’affaires. Son montant sera fonction de l’activité. Cette option peut se mettre en place à tout moment, mais attention elle n’est pas ouverte à tous.




4. Régime social simplifié.



De part le statut de micro-entrepreneur, tu dépends de la SSI (Sécurité sociale des indépendants) qui elle-même est rattachée au régime général de la sécurité sociale. Ainsi tu dépends de la Caisse Primaire d’Assurance Maladie (CPAM) de ton lieu de résidence.




5. Gestion et comptabilité simplifiée.



Tes seules obligations sont :

- L’émission de facture à partir de 25€, il existe pour cela de très bons sites et gratuits, comme Henrri.com.

- Tenir un carnet de recettes et dépenses. Ce qui te permettra dans le même temps, d’avoir du recul sur tes investissements vs ton chiffre d’affaires.

- Avoir un compte bancaire séparé de tes comptes habituels. Apparait uniquement les entrées et sorties liées à ton activité. Pas besoin de souscrire à un compte pro. Un compte courant bien identifié est suffisant.

- Procéder à ta déclaration de chiffre d’affaires et régler les cotisations.

- Conserver les factures et pièces justificatives sur 10 ans.




6. Cumul d’activité possible.



Comme indiqué en point 2, le régime est globalement accessible à tous, et dans certains cas il peut être cumulé avec d’autre activité :

- Président SAS ou SASU

- Gérant égalitaire ou minoritaire de SARL

- Gérant non-associé d’une EURL

- Associé d’une société

- Emploi salarié (sous condition que le contrat ne prévoit pas de clauses d’exclusivité, de clauses de non-concurrence, de disposition particulière). Pour les statuts fonctionnaires il te faut te rapprocher de ta direction pour avoir les informations précises.

- Demandeur d’emploi, en respectant certaines conditions (voir avec votre agence pôle emploi).




Les 6 inconvénients du régime Micro-entrepreneur



1. Un chiffre d’affaires plafonné.


Ce qui parait au premier regard un inconvénient sans incidence, peut vite devenir un inconvénient majeur, limitant alors l’accroissement de ton activité. D’autant que ces plafonds peuvent être atteint très vite, comme avec une activité de commerce. Il faut alors changer de régime ce qui complexifie la comptabilité mais ouvre le droit à la déclaration de frais professionnels.


Les plafonds. Pour les activités de vente de marchandise et prestation d’hébergement le plafond est à 176.200€. Pour les ventes de prestations de services et activités libérale, le plafond est à 72.600€.



2. Cotisations payées en fonction du CA et non des bénéfices.


Comme les investissements ne sont pas pris en compte dans cette comptabilité simplifiées les cotisations se font toujours sur le chiffres d’affaires encaissé. Ce qui parfois rend les bénéfices nuls voir négatifs.


Prenons l’exemple d’une couturière. Elle réalise un sac en toile qu’elle vend 25€, partons du principe qu’il n’y a que les coûts des matières premières à prendre en compte. Ceux-ci représentent 12€. Ce qui techniquement ramène le bénéfice à 13€. Cependant les charges seront calculées sur les 25€ et non les 13€ de bénéfices. Les bénéfices seront alors en dessous des 13€ une fois les charges réglées.


Avec le régime micro-entrepreneur tu paies donc des charges sur les investissements qui sont inclus dans ton calcul de prix, et cela sera systématique.


3. Charges non déductibles.


Lorsque tu es en micro-entreprise il est impossible de déduire tes charges d’exploitation de ton chiffre imposable. Par conséquent si tu as beaucoup de charges d’exploitation il peut être plus intéressant de s’orienter vers la création d’une société.



4. Couverture sociale minime et Responsabilité personnelle.


En tant que micro-entrepreneur il y a des manques concernant la couverture sociale :

- L’indemnité journalière en cas d’arrêt maladie n’existe pas, à moins de cotiser à une assurance privée.

- Pas de cotisation au chômage, donc pas d’ouverture de droit par rapport à ton activité de micro-entrepreneur.

- La cotisation retraite. La validation des trimestres ne se fait que si un chiffre d’affaires minimum, définit en fonction de votre type d’activité, est réalisé.

Concernant la responsabilité personnelle, il faut savoir que par défaut le patrimoine entrepreneurial et personnel sont confondus, sauf si tu optes pour une auto-entreprise à responsabilité limitée dès la création.


5. Impossibilité de s’associer en micro-entreprise.


La micro-entreprise est réellement faite pour une activité en solo, l’association est donc complètement impossible. Si tu souhaites t’associer il faudra alors te tourner vers une autre forme de société.



6. Moins de crédibilité auprès des partenaires.


Le régime micro-entrepreneur est par défaut moins crédible lors de la recherche de partenaires financiers puisqu’il ne possède pas de capital social. De plus son caractère demandant peu d’investissements financiers amène lui aussi peu de fiabilité.




Dans quel cas, le régime micro-entrepreneur est-il intéressant ?


Comme nous avons pu le voir, la micro-entreprise est donc idéale pour tester une activité, un marché, ou encore lorsque nous nous laçons pour la première fois dans la vie entrepreneurial et que nous souhaitons l’aborder avec douceur.


Pratique aussi en complément de revenu lorsque tu es salarié et que tu souhaites conserver ton emploi tout en t’éclatant dans une activité complémentaire.

Bienvenue sur "Développement PRO", mon site spécialisé pour vous amener à incarner le chef d'entreprise que vous êtes en gagnant en autonomie et liberté.

246153465_996697791173816_6846560025069252778_n.jpg